AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aide a la création de votre personnage

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Aide a la création de votre personnage   Jeu 9 Nov - 14:02

Nwn2 propose, comme vous le savez certainement, un tres vaste choix de races et de classes. En sus de ces races et classes, Polaris vous offre l'opportunité d'incarner des races exotiques sociables, vaste éventail qui ne fait que compliquer grandement la vie du néophyte de base. ( surtout pour ceux qui découvriront le multi sans être passés par la case nwn 1)

Je ne reviendrai pas ici sur le descriptif des races et classes de nwn 2 qui, du reste, sont détaillées convenablement dans le manuel d'utilisation du jeu ( et, peu a peu analysées dans la section "aide de jeu" du forum ) mais plutot sur le regard que porteront les PNJs que vous croiserez sur votre personnage, ses atouts et les difficultés qu'il pourra rencontrer en fonction, bien sur, de sa vocation et de son héritage.


Nains :

Les habitants de la norlandie entretiennent de bons rapports avec la communauté naine qu'ils considèrent comme de bons guerriers, d'excellents forgerons et de façon générale des gens agréables, bons vivants et de bonne compagnie.
Polaris les accueuille volontier les nains dorés ou d'écus, en revanche, les duergars ou nains gris sont rejettés plus ou moins violemment.

Les habitants de la forteresse du ponant sont d'un naturel plus méfiant et n'ont guère de sympathie vis à vis des nains. Est rarement pris au sérieux un nain qui n'offre aucun service a la ville ou a un de ses clergés. Railleries et moquerie sont monnaie courante. Ne jouissant d'aucune protection dans les murs de la forteresse, il n'est pas rare de les voir molestés par la garde. Les nains gris en revanche, peut etre parceque nombre d'entre eux ont été recruté par le chevalier d'Isdrath, sont d'avantage considérés. Si la population s'en méfie, la garde et les autorités n'ont aucune peine a traiter avec eux.

Elfes:

Pour la majorité des habitants de Norlandie, les elfes sont des créatures auréolées de mystère et de magie. Peu habitués a leur compagnie, ils se montrent hélas d'une curiosité sans bornes quand ils ont la chance d'en croiser.
Polaris, ville ouverte sur l'art et la magie est une patrie d'adoption idéale pour un elfe doré( Ar tel quessir ) Bien que l'ascendance elfique interdise une reelle immersion dans la société, il n'en sera pas moins traité avec respect et égards.
Les elfes sauvages se sentiront certainement rapidement confinés dans la cité, mais l'acceuil des habitants est sensiblement identique a celui des elfes dorés pour la bonne raison que les Polarites distinguent mal les subtilités différenciant les uns des autres.

La forteresse du Ponant réserve un acceuil mitigé a la communauté elfique. Comme les nains, ils sont souvent raillés, méprisés et jugés insupportablement hautains par l'intelligentzia de la ville. Cependant on ne peut que constater que les rares elfes a s'y être installés ( Teu Tel Quessir ) et a y avoir fait leur preuves ont acquis un respect tel de la part des Isdrathois qu'ils jouissent d'une impunité reservée a la noblesse d'arme humaine.

Drows:

Les drows sont officiellement bannis des cités et tués a vue par les paysans et habitants des villages. les rares drows surfaciens ont la vie dure en Norlandie, ils doivent aller, perpétuellement dissimulés derrière d'amples vetements, voiles et capuches ou disputer aux créatures sauvages cavernes et tanières. Cette existance de paria a cependant l'avantage de la liberté. Les récits populaires leur pretent les pires méfaits et les pires intentions, pas toujours a tort ....

Gnomes:

Extrement rares en Norlandie, les humains ne leur accordent en général aucun crédit, les considérant comme des enfants turbulents et dangereux.
Polaris les traite avec une bienveillance teintée de méfiance. La garde a coutume de les tenir a l'oeil, avec une attention toute particulière reservée aux artificiers et aux adeptes de la mécanique.
Les gnomes des profondeurs, les rares fois ou ils sont mis en présence avec les humains, sont considérés comme des curiosités. La plupart des polarites n'en ont jamais entendu parler, et les encourageront simplement a prendre un bon bain.

La forteresse du Ponant, depuis que s'y est installée le clergé de Gond, est tolérante et ouverte aux gnomes qui, de fait, ont agrandit leur communauté. Considérés comme industrieux, aussi fous que géniaux, beaucoup d'Istrathois craignent secretement leurs machines infernales et leurs engins diaboliques. Cette réputation méritée a de quoi leur assurer une tranquilité relative.
Le sort des svirfneblins est beaucoup moins enviable que ceux de leur cousins gnomes des rochers. Capturés et réduits en esclavage, ils font office de monnaie d'échange ou de domestiques dans les riches demeures.

Demi orcs:

Les demi orcs sont nombreux en Norlandie. Une communauté autochtone a vécu un temps dans le nord de l'ile. Violents, querelleurs, sales, et barbares, la plupart des humains les évitent volontier.
Polaris les tolère sans reellement chercher a dissimuler leur ostrascisme vis a vis de ces hybrides que beaucoup considèrent comme monstrueux. La moindre écartade est très sévèrement réprimée et la parole d'un demi orc n'a, pour ainsi dire, aucune valeur aupres des autorités de la ville.

La forteresse du ponant, comme souvent, réserve son jugement au mérite. Les plus forts et les plus robustes regagnent bien souvent les troupes régulières de la cité. Il n'est pas rare qu'un colosse, pour peu qu'il soit d'une loyauté irréprochable, fasse office de garde du corps d'un notable. Les plus faibles, les querelleurs ou les criminels sont vendus aux marchands d'esclaves sans état d'ame ou utilisés pour les expérimentations des mages et gnomes.

Halfelins :

Aventuriers et infatiguables voyageurs, les halfelins ont colonisé avec les humains l'ile de la norlandie qui abrite et accueille plusieurs communautés halfelines, installées indiffément a Polaris, a la forteresse du Ponant et dans nombre de petits villages.
Leur exceptionnelle faculté d'adaptation, leur jovialité et leur malice en font des voisins sympathiques et facétieux capable d'exceller dans leur domaine de compétence. Si Polaris en a fait des citoyens tout a fait honorables, on comprend toutefois les Isdrathois qui murmurent qu'a chasser le naturel, il revient toujours au galop,gardent toujours une main sur leurs avoirs en présence de petites gens.


Demi elfes :

La mixité de leur hérédité en font des individus a part, en marge de la société, fut elle humaine ou elfique.
Polaris montre une compassion certaine pour ces hybrides qui jouissent des meme prérogatives que leurs parents elfes ou humains. Meme si ils ne trouvent jamais reellement leur place, leur existence y est plus douce que partout ailleur en norlandie.
La forteresse du ponant a, quant a elle, tendance a ne retenir des semi elfes que leur héritage elfique. Beaucoup attendent qu'ils aient fait montre de loyauté avant de les intégrer pleinement a la vie de la cité.

Planaires:

Aasimars et Tiffelins sont méconnus en norlandie et sucitent donc autant d'interet que d'incompréhension, voire de méfiance.
Si polaris a ouvert ses portes aux Aasimars pacifiques et bienveillants, les Tiffelins sont quant a eux implacablement rejettés non seulement par les Polarites, mais également par les Isdrathois. Alors que la ville blanche se contente de les reconduire a l'extérieur de la cité quant ils sont capturés, la Forteresse du ponant les engeole avant de les déporter vers le contient quand elle ne les met pas, purement et simplement, a mort en place publique. Une application de la loi qui concerne tant les aasimars que les tiffelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polarys.forumpro.fr
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Aide a la création de votre personnage   Sam 11 Nov - 1:59

Pretres :

Qu'importe la cité, les pretres sont extrement respectés en Norlandie, ce, quelle que puissent etre leurs divinités tutéllaires. Il va de soi que les pretres d'alignements mauvais seront la cible privilégiée de leurs homologues bons et réciproquement. De la meme manière les clergés rivaux auront tendance a se nuire mutuellement, cependant, la populace fait montre de crainte, de déference ou de respect vis a vis des nombreux clercs et clergés implantés sur l'ile.

Barbares :

Les autochones ayant bien souvent pour ancètres ( quand ce n'est pour parents ) de fiers barbares ou de farouches descendants du peuple des Nordiques, ils ont une sympathie et une affection particulière pour ce peuple avec lequel ils partagent la meme philosophie de la vie.
Polaris tend a juguler, du moins a l'intérieur des murs de la cité, leur nature chaotique en n'hésitant pas a leur inculquer les bases d'une éducation solide, bien que spartiate et en leur enseignant le maniement des armes et des techniques de soin diversifiées. Certaines familles ont définitivement quitté les steppes du nord de l'ile pour s'installer dans la cité ou dans ses environs en quete de sécurité ou attirées par la vie plus facile et les richesses réelles ou supposée des citadins.
La forteresse d'Isdrath a déja du repousser, et ce a plusieurs reprises, des assauts mal organisés mais terrifiants de tribus barbares déchainées en provenance du grand nord. Les rigueurs de certains hivers poussent ces combattants a longer les contreforts de fendrepierre jusqu'a la forteresse, en quete d'or, d'armes et de vivres.
Si un barbare isolé n'a rien d'autre a craindre de la part des isdrathois que méfiance et arrogance, les familles et/ ou clans sont rapidement jettés hors de la ville si ils demeurent sans protecteurs.

Paladins :

Plusieurs familles de Norlandie, de la plus aisée a la plus humble ont confié un jour, un de leurs rejettons aux mains façonnantes de certains clergés afin qu'il reçoivent une éducation basée sur les saints dogmes d'églises bienveillantes.
De part leur alignement (loyal bon), il est difficile, voire impossible a ces derniers de resider ou de faire du prosélytisme a la forteresse du Ponant.
Les relations diplomatiques tendues entre les deux cités-état et l'appartenance de moults paladins aux plus influentes institutions de Polaris ont rendu a présent leur séjour périlleux dans la citadelle de l'ouest . Ils l'évitent désormais purement et simplement pour concentrer leurs efforts a Polaris ou dans les villages campagnards où la misère, colloraire des pillages de pirates, sévit souvent.

Druides :

Par nature, discret, les druides ont toujours veillé depuis des éons a l'équilibre, souvent menacé de la faune et la flore de l'ile.
Les deux cités ont eu la sagesse ou l'intelligence de comprendre l'importance de la voix de la nature et font régulièrement appel aux druides qui leurs apportent aide et conseils.
Si certains druides vivent en ermites, reclus au fond des forets ou a la lisière des territoires les plus arides, il n'est pas rare de les voir rejoindre un bosquet afin de mettre en commun leur sagesse et de couvrir de leur vigilance la plus grande surface possible de la norlandie.
Polaris, bordée de forets et de plaines a préféré ouvrir son conseil au bosquet du père chene, alors qu' à contrario, la forteresse, flanquée de la chaine de montagne de fendrepierre, aux prises avec les rudesses brutes des élements déchainés a choisi de se tourner vers les représentants des cultes des dieux de la fureur.

Rodeurs :

Les rodeurs ont souvent la charge de petits villages quand ils ne rejoignent pas un bosquet. Travaillant de concert avec les druides et les pretres au service des divinités de la faune et la flore et des éléments, ils parcourent inlassablement l'ile, d'est en ouest et du nord au sud avec des missions aussi différentes que complémentaires.
Pisteurs nés, excellents chasseurs, il n'est pas rare de les croiser dans les contrées les plus sauvages que l'on pourrait croire inhabitées tant elles sont inhospitalières.
Tous les aventuriers aguerris savent qu'il est suicidaire de partir en exploration sans l'aide ou les directives de l'un d'entre eux.

Roublards :

Les roublards portent de nombreux masques et la diversité des fonctions qu'ils occupent font d'eux des êtres a leur place partout et utiles a n'importe quelle organisation.
Si la plupart d'entre eux sont citadins, les bandits de grands chemin et les pirates les accueuillent a bras ouverts.
Qu'ils choisissent de collaborer avec la société ou de vivre a ses dépends, les roublards
savent toujours tirer parti de la situation et, de fait, sont sans doute les seuls a pouvoir aller et venir, libres de leurs mouvements d'une cité a l'autre sans encombres.

Bardes:

Les artistes ont toute leur place en Norlandie car la population, souvent confrontée a une existance rude aime a oublier ses tracas et soucis en écoutant une ballade ou en assistant aux foires ou jongleurs et bateleurs se produisent.
Mais plus qu'un simple divertissement, les bardes sont aussi garants de la transmission du savoir populaire, des contes et légendes et de l'enseignement empirique. Les Scaldes animent les veillées, et confient aux jeunes générations les hauts faits de leurs ancètres afin qu'ils se souviennent. Ce sont les gardiens de la mémoire.
Polaris férue d'art et de divertissement les accueuille au sein de son théatre ou représentations, bals et concerts se succèdent grace aux généreux dons de nombreux mécènes.
La forteresse ne leur propose ni une infrastucture ni un role similaire. Plusieurs bardes se sont attachés les services de puissantes familles et font office de messagers, de témoins, ou, dit on, d'espions quand ce n'est d'assassins.

Magiciens et Ensorceleurs:

Les magiciens sont peu nombreux en Norlandie aussi, sont ils a la fois respectés et bien acceuillis dans les cités ou dans les villages ou ils trouvent bien souvent la tranquilité necessaire a leurs études.
L'académie de l'Art et des Acarnes de Polaris s'est nantie d'arcanistes de talents, d'excellents abjurateurs et transmutateurs, mais sous l'influence des clergés de la triade et de Lathandre, les dirigeants ont été dans l'obligation de suspendre les études ayant rapport avec la nécromancie et l'enseignement de celle ci. Les parchemins, écrits et manuels en rapport avec l'art sombre furent brulés en place publique et certains de ses adeptes suivirent. Ceux qui parvirent a s'échapper errèrent de villages en villages avant de trouver refuge a la forteresse d'Isdrath où, en échange d'une allégeance au seigneur des lieux, ils se virent libre d'exercer leur Art en toute quiétude.

Sorciers:

Les sorciers sont pour la plupart craints et rejettés par l'ensemble des habitants de l'ile.
Méconnus, leurs pouvoirs occultes inquietent et n'inspirent pas plus confiance aux paysans qu'aux dirigeants des deux cités.
Chassés, brulés vifs, torturés, ils doivent, pour survivre, soit errer dans les terres, soit dissimuler leurs capacités en se prétendant bardes ou ensorceleurs soit enfin rejoindre une organisation criminelle ou il pourront, peut etre, prétendre a gagner suffisement de galons pour inspirer autre chose qu'horreur et rejet.

Moines :

Les moines fonction de leurs parcours spirituel choisirons de vivre en ville ou en foret, en société ou reclus. Ils sont tolérés dans les deux cités et plus ou moins bien intégrés selon leur utilité a la communauté. Aucun monastère n'existe en Norlandie, aussi beaucoup rejoignent le clergé de leur divinité tutélaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polarys.forumpro.fr
 
Aide a la création de votre personnage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chroniques de Polaris :: La Plume et L'Encrier :: Backgrounds-
Sauter vers: